Patrice Dufétel

A la ville, chirurgien-dentiste, né à la fin des années cinquante en lisière de Somme et du Pas de Calais, fils et petit-fils de paysans, Patrice Dufétel est un amoureux des mots et de la vie. L’écriture lui est venue comme une évidence qu’il a mise en pratique très tôt. Le goût de la poésie n’a fait que précéder son attrait pour les nouvelles et le roman. Grand lecteur, curieux de tout et de rien, il a fait paraître « La petite Orénoque » aux Editions In Octavo, finaliste du Prix du 1er roman du Lions Club district Nord Pas de Calais en 2015. Un autre de ses textes «A supposer que j’avance dans le noir», paru en 2010 aux Editions Henry, a été adapté pour la scène par le Théâtre de la Miaule.

Il vit aujourd’hui dans l’audomarois et s’apprête à publier son 3ème roman. Il est aussi président de l’Association culturelle « Le Cattleya » à Boulogne sur Mer.

Récit poétique

A supposer que j'avance dans le noir                                                      

Trois récits de femmes en des temps et des lieux différents, toutes en proie à une forme de violence dictée par la culture, la religion ou l’histoire, trois destins de jeunes femmes. Trois histoires qui se font écho, trois chemins de croix aux trajectoires parallèles.

2010   Collection La main aux poètes / Editions HENRY

Ce texte a été mis en scène par le théâtre amateur de la Miaule en 2014 à Outreau et Boulogne sur Mer.

Poésie

Haïku de soleil

Une longue amitié a donné naissance à cet ensemble de haïkus écrits en duo avec Jean-Michel Delambre qui les a illustrés , donnant lieu à ce jeu de miroir poétique drôle, tendre et ludique.

Collection bleu marine/ Editions Henri 

Le ciel sur l'épaule

Une saison dans les pas de mon père et son quotidien à la ferme. A la fois l’hommage à un père et un chant de la terre.

Prose poétique 2015   Editions Flammes vives

Lauréat du Prix Jean Aubert 2015

Romans

Hôtel Princesse

Face à l’océan menaçant, l’hôtel Princesse vit ses dernières heures. Ultime rempart contre l’assaut furieux des vagues, il ne compte plus qu’un unique pensionnaire, Alain, un homme dont le passé trouble refait peu à peu surface. Bientôt, ce dernier est à inviter à quitter les lieux et à laisser les propriétaires, Annie et sa fille Ethel, dire adieu à un hôtel condamné par la submersion marine et promis à la démolition. Mais la séparation est difficile, d’autant qu’un souvenir douloureux hante la chambre qu’il occupe : celui d’une petite fille disparue. A ce fantôme, se superpose l’image d’une princesse orientale, une princesse de chair et de sang, rencontrée le temps d’un été. Chaque soir, Alain attend qu’une étoile s’allume, cherchant à dénouer le fil de son histoire et à retrouver le visage de celle pour laquelle il a chaviré autrefois. Un jour, à la pension pour personnes âgées dans laquelle Alain est désormais installé, un inconnu frappe à sa porte…

Editions Thot

La petite Orénoque

Uma, une très jeune indienne de la tribu des waraos, vit avec les siens sur les rives de l’Orénoque. Mais leur présence est un frein à l’exploitation des boues pétrolifères et les autorités souhaitent déloger ces dernières tribus vivant à l’ancienne, souvent dans des villages lacustres. Pour cela, elles ont recours à l’intimidation, qu’il s’agisse d’arrestations arbitraires ou parfois même de meurtres maquillés en accident. Un soir, Uma, de retour de la pêche, ne trouve plus ses parents. Elle décide alors de partir à leur recherche. Sur sa pirogue, en compagnie d’un jeune indien d’une tribu amie, elle affronte les remous du fleuve pour rejoindre une ville inconnue pour elle. L’aventure s’annonce périlleuse…

2014   Editions In Octavo

Prix du roman Association Pegasus Cattolica 2015

Finaliste Prix du 1er roman du Lions Club district Nord Pas de Calais 2015

1er Finaliste Prix du roman de l’Association des Ecrivains Bretons 2015

Récits

La mémoire serpentine

Ici la mémoire serpente autour de l’enfance de l’auteur de l’Authie à la Canche, de la ferme des grands-parents à celle des parents, au beau milieu des années soixante.

2003 Editions Christian Navarro

Le guerrier Mandchou

Le guerrier mandchou est cette statuette chinoise abandonnée dans un jardin frappé par l’hiver et qui devient le symbole d’un combat, celui de son propriétaire tombé malade, juste après l’avoir rapportée de Chine. Le guerrier endormi relèvera-t’il le défi, celui de ramener à la vie son maître ? Sous la métaphore guerrière, se dessine l’hommage de l’auteur à son frère Laurent, que les stigmates de la maladie ont surpris en pleine ascension de la muraille de Chine.

2007 Editions Amalthée

Nouvelles

Quelque chose de l’oiseau 

Une poignée de nouvelles comme autant de zooms dans le temps et dans l’espace, graves ou légères, réelles ou inventées, images arrêtées au vif de l’instant.

Editions In Octavo   2012