Philippe Marion

Philippe Marion est né en 1964 à Caen, en Normandie. Après un doctorat en chimie, il a travaillé dans un laboratoire d’analyses chimiques à Rouen. C’est un peu par hasard, car à l’époque la folie des « experts » n’existait pas, qu’il a passé le concours d’ingénieur des laboratoires de police scientifique. Il trouvait que c’était un bon moyen de concilier ses deux passions, le polar et la science. 

En effet, Philippe Marion est un grand amateur de littérature policière. Il a commencé jeune avec Agatha Christie, comme beaucoup, et découvert la face plus sombre du genre avec James Ellroy. Depuis, pas une journée ne se passe sans qu’il lise du polar. 

En 1996, Philippe Marion est nommé au laboratoire de police scientifique de Lille, dans la section physique-chimie, dont il est devenu le chef en 1997. Cela fait donc maintenant 23 ans qu’il travaille dans ce qui est devenu, en 2004, l’Institut National de Police Scientifique. La section physique-chimie réalise les analyses de peintures, de fibres, de produits inconnus. C’est l’héritière directe des travaux d’Edmond Locard, directeur du premier laboratoire de police scientifique français situé à Lyon.

C’est en réalisant des présentations sur l’activité des laboratoires de police scientifique pour des lycéens ou des étudiants que Philippe Marion s’est intéressé aux pionniers de la criminalistique que sont Alphonse Bertillon, Alexandre Lacassagne et Edmond Locard.

Cela lui a permis de découvrir, avec un peu de honte, que nous méconnaissions la genèse de la police scientifique. Surtout qu’à cette époque, la fin du 19siècle, les Français y tenaient un rôle de premier plan.

Le portrait de l'auteur sur le site CRIMINOCORPUS

https://criminocorpus.hypotheses.org/90845

Sur RTL, participation de Philippe Marion à "L’heure du crime" avec Jacques PRADEL

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/les-experts-a-l-ancienne-7796530622

 

Histoire

Petites histoires de la police technique et scientifique

Un homme en combinaison isolante avec un masque et des gants qui photographie une scène de crime…. Une femme en blouse blanche qui examine des traces de peinture sous le microscope…. Vous avez reconnu un « expert » de la police technique et scientifique.

Mais savez-vous que cette police technique et scientifique est née à la fin du XIXe siècle des travaux de trois pionniers, Alphonse Bertillon, Alexandre Lacassagne et Edmond Locard ? C’est grâce à eux que les indices laissés sur la scène de crime, jusqu’alors muets, vont se mettre à parler et permettre d’en identifier l’auteur.

Cet ouvrage raconte l’histoire de ces trois personnages et certaines des plus célèbres affaires criminelles de la Belle Epoque :

- le vol de la Joconde 

- le mystère de la première « malle sanglante » de l’histoire du crime, résolu par Alexandre Lacassagne

- l’affaire de la Villette, quand un parasite intestinal permet l’identification d’un meurtrier

- le tueur identifié pour la première fois par ses empreintes digitales grâce à Alphonse Bertillon

- l’assassin confondu par Edmond Locard, qui a su trouver d’infimes traces de fond de teint sous ses ongles, alors qu’il pensait avoir réussi le crime parfait.

«  J’ai voulu faire un livre facile à lire, mêlant littérature, affaires criminelles et science. Où l’on s’aperçoit que les histoires de ces experts français n’ont rien à envier à celles de leurs homologues d’outre-Atlantique. J’espère que vous les aimerez aussi ».

Editions BoD, fin 2018

Présentation du livre sur le blog l’Atelier de Litote

http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/05/15/37303773.html

Publication d’une critique sur le site de la Société Française d’histoire de la police 

http://www.sfhp.fr/index.php?post/2014/12/11/PUBLICATIONS-RECENTES-%C3%A0-vous-conseiller