José Herbert

 

Romans

Le grand pied de Berthe

Qui était Berthe au grand pied, de son vrai nom Bertrade de Laon ? Notre mémoire, fidèle à nos souvenirs d’écolier, la sait mère de Charlemagne et épouse de Pépin dit le bref. Elle vécut au 8e siècle, eut de son mari 8 enfants, dont l’aîné est le plus connu, puisqu’il s’agit de Carolus Magnus, ou Charles le Grand, Charlemagne, dont une chanteuse a prétendu un jour qu’il aurait inventé l’école. Pfff ! L’affaire n’est pas si simple. On ne sait pas grand-chose de Bertrade, et les hypothèses vont bon train. Avait- elle vraiment un grand pied ? C’est pas sûr ! Une légende prétend que oui, que sa « dissymétrie déambulatoire » fut avérée dans le but de sacraliser la puissance de Charlemagne, car à l’époque, avoir un grand pied signalait un être aux pouvoirs exceptionnels. Dans "LE GRAND PIED DE BERTHE", José Herbert s’inspire de cet épisode historique surprenant pour signer un grand roman historico-loufoque.

Editions Annick Jubien http://www.annickjubien.fr

Le dernier jour  (roman loufoque)

Martin est écrivain. Il vit reclus dans une petite ville où il pleut toujours, Fouilly sur Serpentine. Son inspiration : la mort, la religion, le loufoque. Un matin, il se réveille, sa femme morte à ses côtés. Cynique, il part au Maroc comme il l'avait prévu et confie les obsèques aux Pompes Funèbres. A son retour, en furetant sur le net, il tombe sur un site qui prétend lui fournir la date de sa propre mort. Il répond au questionnaire et la date s'affiche : le 21 janvier prochain à 10h22 ! Il se trouve que c'est la date exacte, et l'heure exacte de la décapitation de Louis XVI en 1793. Stupeur ! Hésitations ! Il resterait donc à Martin 120 jours à vivre...

Signé la grande faucheuse (comédie satirique et déjantée sur la mort)

Les chiens de Pavlov

Bébert, Rouletabille, Totor, Galurin et Mounir sont les héros loufoques et sympathiques de ce roman déjanté et totalement hilarant.
La société de consommation y est poussée à l’extrême, conditionnant l’être humain, comme les chiens dans l’expérience de Pavlov, qui variait les stimuli avant la présentation des aliments et découvrit ainsi les lois fondamentales des réflexes conditionnels.
De plus, des outils de mesure et de contrôle les plus farfelus et les plus grotesques ont été mis en place par l’État pour surveiller la bonne conduite des citoyens dociles et obéissants.
Des situations délirantes, basées sur des faits divers réels, donnent à l’auteur toute l’amplitude nécessaire pour exercer une plume acide, cynique, désopilante, et ce, pour notre plus grande joie !

http://leschiensdepavlov.centerblog.net/

I286541539301198226 szw480h1280

Témoignages

La messe bleue

Témoignage d'un grand-père sur la première année de vie de sa petite fille handicapée

L'instituteur impertinent

Souvenirs d'un instituteur et secrétaire de mairie de trente ans de carrière dans un village du Cambrésis