Jean-Denis Clabaut

Romans
 
La marque du maçon

Un archéologue retrouve un parchemin soigneusement caché entre les pierres d’une très vieille cave, qui commence ainsi : « A tous ceux qui cette présente verront, moi, Ghislain Martel, maitre maçon. . . » Intrigué, il décide de partir sur les traces de ce mystérieux Ghislain qui le conduisent à un monastère datant de la première croisade. Il y retrouve le texte original de Martel où est transcrite son extraordinaire aventure : la croisade jusqu’à Jérusalem, les dangers qu’il a rencontrés, la dure réalité du voyage . . . et son destin qui l’attendait au bout du chemin.

L'alliance de Cana 

La légende dit que St Piat est arrivé à Seclin, au sud de Lille, en portant le sommet de son crâne dans ses mains. Pourtant, en ce petit matin de l’hiver 287, Piat agonise sur le chemin. Il regrette les terres de son Italie natale qu’il a fuies, poursuivi par les soldats de Maximien. L’anneau que lui a confié le patriarche de la communauté chrétienne de Rome doit être caché et il espérait trouver refuge dans les contrées septentrionales de l’empire, près de la ville de Tournai.

Dix-sept siècles plus tard, Aymar, jeune professeur d’histoire, poursuit l’étude des sous-sols anciens de Seclin. Il ne se doute pas que cette vieille légende va l’entraîner dans une recherche haletante sur les traces des reliques du saint, à travers l’histoire de la région. Il mettra ses pas dans ceux de Clovis, de saint Eloi et des iconoclaste de l’année 1566, traquant sans relâche la piste de celui qui a amené ici la preuve du bien fondé d’une hérésie condamnée depuis le premier concile de l’histoire.

L’indigène

Qui se souvient de ces hommes à la peau noire tombés pour la France en 14-18 ?

A la mort de sa grand-mère, Stéphane se voit léguer une série de plaques photographiques. Les clichés, pris pendant la première guerre mondiale par Louis, son arrière grand-père, l’entrainent dans une enquête qui le conduit dans un petit village de la Somme. Il y retrouve Aimée, une vieille dame à l’histoire étonnante, témoin vivant d’une passion éphémère et honteuse dont le village a gardé le secret pendant tout le XXème siècle. Stéphane découvre l’histoire de Kandjoura et Yacouba, tirailleurs sénégalais jetés dans l’enfer des tranchées.

Les étrangères

Nathalie et Faïza sont amies d’enfance, l’une d’origine polonaise et l’autre algérienne, qui vivent dans un coron minier du Pas-de-Calais. Brutalement séparées à l’âge de dix ans, à cause d’une violente dispute de leurs familles, elles se retrouvent par hasard quinze ans plus tard. Nathalie est l’une des premières filles à intégrer l’école des mines, tandis que Faïza entame sa carrière d’institutrice. Désormais réunies, elles vont chercher à découvrir l’origine de la brouille entre leurs parents. C’est le grand-père de Nathalie qui leur apprendra la vérité, à travers l’histoire de l’immigration polonaise des années 20, la seconde guerre mondiale, la lutte des mineurs, l’arrivée des algériens après la libération et la guerre d’Algérie. A mesure qu’elles découvriront l’histoire de leurs familles, elles construiront une relation amoureuse homosexuelle qui fera d’elles des étrangères à leurs propres familles.

Les trois âges du maçon 

Tout commence en 1307.

Depuis qu’il est dans les geôles, Enguerrand de Messines, jeune chevalier du Temple, souffre le martyre. Mais pour l’heure, il n’a rien dit de « la clef » que cherche son bourreau… Il gardera le silence sur cet énigmatique objet que lui a transmis son père, censé ouvrir « le coffre » de Jérusalem.

À travers ces mots dont le sens réel s’est perdu, c’est l’incroyable destinée de celui que les templiers ont nommé « le premier » qui est racontée, celle d’Estiennon, jeune tailleur de pierre parti sur les pas de Pierre l’ermite en 1096 à l’occasion de la première croisade. Capturé, il deviendra esclave et apprendra progressivement à apprécier la civilisation qui lui ouvrira à la fois les portes de l’orient, et les bras de Fatima et de sa fille, Chaymae. Mais son destin n’est pas de vivre en paix et, sous la menace de la secte des assassins, il fuira vers l’est jusqu’à rencontrer Omar, le grand érudit, qui lui transmettra cette étrange formule : « C’est à Al-qods, sous le sabot du cheval, que se trouvent les vrais trésors des hommes, la clef de la paix et de la prospérité dans l’amour de Dieu. ». Al-qods, c’est Jérusalem, qu’Estiennon n’a jamais vue...

 
Ouvrages scientifiques

Les caves médiévales de Lille
La collégiale Saint-Pierre, aux origines de Lille : proposition de restitution de l’enclos canonial détruit à la révolution
Les caves de Douai, la construction civile au Moyen Age