La minute nécessaire de Monsieur Fournier

Quand on a été l’intime complice de Pierre Desproges, on ne peut être un mauvais bougre. Jean-Louis Fournier l’a prouvé en acceptant mon interview malgré le brouhaha qui prévalait en ce 24 mars, au salon du livre de Bondues. Il y présentait, entre autres, son dernier livre - le “Dictionnaire amoureux du Nord” - 600 pages qui rendent hommage à ce pays pour lequel il a conservé une immense tendresse. « Sur 33 livres, j’en ai écrit 5 sur ma région » dit ce natif de Calais. Descendu à Paris il y a 55 ans, il garde la nostalgie des gens du Nord et de « un million de souvenirs marquants ».

Michel Quint, Georges Bernanos, Marguerite Yourcenar sont ses écrivains préférés de la région*. Sans oublier Maxence Van der Meersch, « qui a écrit des chefs-d’œuvre sur les grèves ». Réalisateur de télévision, cinéaste, auteur théâtral et même comédien, Jean-Louis Fournier continue inlassablement à écrire. Pourquoi ? « Pour faire durer ce qui ne dure pas ». Rien à ajouter…

 

* Georges Bernanos est né à Paris, mais passe sa jeunesse à Fressin, en Artois, région qui constitue le décor de la plupart de ses romans. Marguerite Yourcenar, elle, naît à Bruxelles mais sera élevée par sa grand-mère paternelle à Lille en hiver et au Mont Noir en été

Jean-Louis Lafontaine