Wilfried Salomé

salome-w.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Roman

 

État de siège est un roman iniatique, sur la quête de soi et la post-adolescence. Il ouvre la voix à une quinqualogie où le lecteur pourra suivre les pérégrinations aventureuses amoureuses et littéraires de Zenzi, le narrateur, jeune écrivain idéaliste et volontaire. 

 

Pour le titre, on verra plus tard.

Plus que la narration d'une rencontre, c'est l'histoire d'un coup de foudre moderne. Entre Zenzi, jeune écrivain volontaire en proie à une quête d’infini, et Lou-Anne, créature meurtrie au caractère trempé. Sur les plaques tectoniques de cet amour passionné, Zenzi et Lou vont devoir créer un équilibre, improviser l’improbable, bref apprivoiser l’ébullition du magma et mesurer l’immensité.

Mêlant humanisme, humour et psychologie, le texte, au travers de ses deux protagonistes, interpelle toute une génération pour lui poser la question de sa substance. Il amène le lecteur à s'interroger sur ses propres désirs et  croyances.

 

 

Essai

 

Le Code se présente comme un essai, un appel, un regard, un cri, une ode, un refrain, un mystère, un éloge, un pamphlet, un mot d'ordre, une mise en garde, un médicament et une fièvre.

Amour, liberté, insoumission, énergie, réflexion, sort de l'humanité figurent parmi les thèmes abordés avec ironie, tendresse, force. Le tout sur un ton personnel, aussi intime qu'intimidant.

Le Code est une radiographie des errements de notre époque et de l’influence de ses mêmes errements sur nos psychés, nos rêves et nos espoirs.

 

Requiem pour un(e) trentenaire

Ce qui est franchement dommage et profondément navrant avec un essai tel que le Requiem pour un trentenaire de Wilfried Salomé, c’est que les premiers concernés soit ne le liront pas, feront semblant de ne pas l’avoir lu ou vomiront toute la haine viscérale que cela leur inspire.

C’est regrettable à plus d’un titre. D’abord, car au-delà de la dureté des propos de Wilfried Salomé à l’égard de ses contemporains, ce texte est une déclaration d’amour formidable. Ensuite, car une fois passée la gifle du constat, reste la proposition magnifique d’ensemble construire demain, faute de ne l’avoir fait hier.