Jacques Messiant

Jacques messiant

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

Depuis de nombreuses années, Jacques Messiant, ancien instituteur, mène inlassablement ses enquêtes sur le terrain et aux archives, afin d’apporter la lumière sur des pratiques particulières qui participent de l’identité de la Flandre, dans son acception historique : cuisine, carnavals, sorcellerie, jeux populaires… A moins qu’il ne décrive d’autres aspects du petit patrimoine, tels que les estaminets et autres chapelles.

Il a encore réécrit à sa manière l’histoire de la Flandre en prenant comme supports la forêt de Nieppe, le château de Morbecque ou le village de Hondeghem…

Enfin, il prend parfois la plume du conteur pour sauvegarder une mémoire intimiste. De temps à autre, il troque son clavier pour nous mener sur des chemins de randonnées à une découverte vivante du patrimoine.

Médaille d’or de la Renaissance française en 1991, 1er prix de la Nouvelle au Richelieu international en 1994, il est promu au grade de Chevalier des Arts et des Lettres, puis des Palmes académiques en 1999. En 2001, il obtient le prix Georges-Goyau de l’Académie française pour le portrait qu’il a fait d’un village des Flandres. En octobre 2007, la prestigieuse Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts de Lille lui remet son Grand Prix des Lettres pour son 1er roman « Jehanne d’Arville ». En 2010, enfin, on lui remet, lors des Imaginales d’Epinal, le Prix Paul-Sébillot du folklore français pour son ouvrage « Magie, sorcellerie et croyances populaires en Flandre, dans le Hainaut et en Picardie ». En juin 2013, le travail de Jacques Messiant est inscrit dans la liste de diffusion du PCI (« Patrimoine Culturel Immatériel »), sous la coupe du Ministère de la Culture et de la Communication. En 2015, le KFV (Komitee voor Frans-Vlaanderen / B-Waregem) lui remet le prix très convoité Luc Verbeke pour l’ensemble de son œuvre.

Site internet : http://jacquesmessiant.e-monsite.com

Romans, essais, récits, guides...

En février 2007, il publie un premier roman, « Jehanne d’Arville », où il pose le problème de l’intolérance.

A la veille du 1er traité d’Utrecht, il publie un 2e roman, « Les tribulations d’un fraudeur ».

Son 3e roman, « Le prisonnier flamand », repose sur la correspondance que le protagoniste échange avec sa femme restée juste à l’arrière du front.

Tout récemment, il a publié, chez Ouest-France, « L’affaire Pollet, à l’origine des Brigades du Tigre ».