Jackzak

Depuis sa plus tendre enfance, Florian s’essaie à l’écriture.

Il écrit sa première nouvelle à huit ans inspiré par la saga des « chair de poule » qu’il collectionne. Plus tard, adolescent, il poursuivra l’écriture de nouvelles noires ; ce domaine, il l’apprécie particulièrement pour tenir en haleine ses quelques lecteurs.

Il laissera de côté l’écriture de nombreuses années, préoccupé par ses études et les diverses projets qu’il met en place. C’est un « touche à tout » et un amoureux de la vie, mais il se rend vite compte que quelque chose manque à son quotidien. Un soir, il se saisira de quelques feuilles volantes pour écrire le Premier Chapitre de « Sur les ailes d’un papillon ». Et quel plaisir de renouer avec ce qui avait toujours été une passion.

Il s’inspirera de ses expériences personnelles mais surtout professionnelles pour la construction de son univers. En effet, exerçant comme éducateur spécialisé dans l’accompagnement psycho-éducatif, il rencontrera des personnes atypiques et riches de leurs vécues, parfois tragique, parfois embrassant l’espoir. C’est de ce matériel qu’il façonna « Florent », son protagoniste torturé et attachant.

Il choisit le pseudo de Jackzak pour publié son premier roman.

Roman

Sur les ailes d'un papillon (2019, Les Editions Sydney Laurent)

La vie peut être un terrible fardeau pour Florent, ce jeune papa divorcé aux prises avec ses démons intérieurs. Alcoolique, mélancolique et instable, il observe son monde s’effondrer un peu plus chaque jour. S’il ne pouvait s’accrocher à l’amour qu’il porte pour son chien, sa petite fille et la bouteille, il le sait, il ne serait déjà plus de ce monde. Alors qu’il se bat violemment pour retrouver le goût de vivre, pour retrouver un sens à sa sombre existence, le bonheur finit par frapper à sa porte. Mais malgré tous ses efforts, son passé n’est jamais loin, semant sans pudeur les cadavres qu’ils tentent d’enfouir. Ce livre vous immergera dans les limbes du cerveau torturé de Florent où vous y rencontrerez la folie à l’état brut, mais aussi « l’ombre », cette ignoble ombre qui habite dans les entrailles de chaque homme, et qui prend un malin plaisir à nous pousser au bord du précipice. Paranoïa ? Personne malintentionnée ? Délire d’un homme brisé qui lutte vainement ? Qui ou qu’est-ce qui se cache derrière tous ses malheurs ? Il le pense, il le sait, ou pense le savoir ! On essaie de le détruire. Mais pourquoi ?