Bernard Tettelin

Né en 1946 à Lille, Bernard Tettelin réside à Saint-André. Il a consacré sa vie professionnelle à l’enseignement du français au collège. Très impliqué dans le monde associatif et l’éducation populaire, il a de nombreuses responsabilités sociales et culturelles depuis plus de cinquante ans.

Depuis l’âge de trente ans il écrit des romans, des nouvelles, des recueils de poésie ainsi que des pièces de théâtre pour adolescents. Plus de quatre-vingt créations à ce jour, dont une vingtaine publiée. Il a allègrement contribué aux Francophonies poétiques de Bretagne, a été primé de nombreuses fois par La Renaissance française du Nord-Pas de Calais et par Les Anthologies de Bretagne. Son travail est régulièrement reconnu par l’Académie de Provence dont il est membre. Plusieurs de ses œuvres ont été recensées par François Léger, critique littéraire de la Société des Gens de Lettres.

 

Tettelin

Romans

La ligne blanche

Bénédicte vit avec un collègue de travail, Lilian, d’origine guadeloupéenne. Victor, leur patron, a fondé une entreprise d’une quinzaine de travailleurs à domicile. Ce n’est pas facile tous les jours et Victor doit faire face à des situations compliquées, entre les clients en grande difficulté, les « mauvais payeurs », les personnels incompétents ou « légers ». Si certains salariés comprennent les enjeux économiques, Bénédicte et quelques-uns, comme Lilian, se montrent vindicatifs, peu souples et incapables de faire la part des choses.

Bénédicte et Lilian vont voir leur complicité se dégrader. Bénédicte comprend les difficultés de Victor. Mais Lilian va se servir de son caractère de meneur au risque de ruiner l’entreprise. Jusqu’où va les mener cette guerre larvée dont dépend la survie d’une entreprise et des emplois ?

Editions Edilivre 2018

La ligne blanche

Sur le fil de l'épée

Premier accessit de l'académie de Provence

Dominique, 22 ans, s’est dévoué corps et âme à sa famille. C’est un Quasimodo « moderne » perdu au coeur du 21esiècle ! Il est viscéralement attaché à sa mère, Solange, veuve précoce de Damien. Il joue alors le rôle du père disparu et se consacre à ses deux frères et sa petite sœur, et fait en sorte que ces derniers puissent grandir dans les meilleures conditions possibles.
Ses frères ? Jacques, 17 ans, ne pense qu’à sa petite vie d’adolescent égoïste. Bruno, 15 ans, est né déficient cardiaque et vit au ralenti, replié sur lui-même. Sa petite sœur, Noémie, 12 ans, recherche désespérément l’amie qui la sortira de son isolement. Mais on fuit un peu cette famille « hors-normes »...
Alors Dominique se ferme et évolue lentement vers la dépression. Personne ne se rend compte qu’il risque à tout moment de « claquer la porte », de « disjoncter » ; car un être humain privé de tout espoir dépasse tôt ou tard ses limites... 

Editions Edilivre 2016

Sur le fil de l epee

L'amour aveugle

Prix d'honneur de l'académie de Provence

Louis, infirmier, travaille aux urgences du CHR de Lille. Parmi ses collègues, il remarque Myriam, une aide-soignante de quinze ans plus jeune que lui, originaire de Croatie. Séduit par son humanisme et sa générosité, il l’épouse. Sandrine naît de cette union. Brutalement, la jeune femme retourne dans son pays d’origine. Louis perd sa trace et entre dans un profond désespoir. Il s’isole dans un village perdu des Flandres où il donne des soins à domicile. Il végète. Jusqu’au jour où, malgré l’intérêt que lui porte Mélanie, il se sent poussé par le violent désir de se rendre dans le pays d’origine de sa femme.

Editions Edilivre 2015

L amour aveugle

Le parcours du combattant

Prix d'honneur 2014 de l'académie de Provence

Qui n’a pas le souvenir, dans sa famille, parmi ses ancêtres, de l’un de ces hommes, de l’une de ces femmes qui ont connu le malheur des guerres, les difficultés de vivre, mais qui ont pourtant voulu croire jusqu’au bout que la bonne volonté et le travail finissent toujours par payer ?

Editions Edilivre 2014

Le parcours du combattant

Les surnuméraires

Louis, André et Victor n’avaient qu’un seul point commun : celui d’être nés "Ch’tis", cette tribu rendue célèbre par un film, présentant ses habitants comme des alcooliques au langage un peu particulier, toujours prêts à faire la fête et à manger des frites et des moules. Pourtant, la cruauté du destin va bouleverser le cours apparemment paisible de leurs existences et chacun va se trouver face à la détresse humaine. Seule la solidarité, seule la fraternité peuvent, modestement, apaiser cette détresse, et c’est ensemble qu’ils vont agir. On dit que, dans ce domaine, les gens du Nord excellent. 

Editions Edilivre 2013

Les surnumeraires