Anne-Marie Wisniewski Szczepaniak

Professeur des écoles, spécialisée dans les enfants malentendants depuis l’an 2000, j’ai écrit une première nouvelle qui a été primée lors d’un concours sur l’île de Porquerolles. Depuis 2018, j’ai une classe Ulis d’enfants « dys » (dysphasique, dysléxique, ....)

Du plus lointain que je me souvienne, j’ai toujours aimé lire. Et mon rêve, c’était de devenir écrivain.

Quand j’ai commencé à écrire au sujet de mon père, cela a été le début d’une histoire incroyable faite de rencontres intéressantes. Ces personnes colorent notre vie et la nourrissent, remettent en cause aussi nos façons de pensée. 

« Il faut tout un village pour élever un enfant » dit le proverbe africain ; je dirais même qu’il en est de même pour les adultes pour qui chaque rencontre, même négative, est une leçon de vie que chacun doit exploiter.

La transmission à la génération actuelle, à celles à venir, est l’élément moteur je pense de beaucoup d’auteurs. Est-ce là à penser que c’est une façon de ne pas mourir ? Une façon égoïste d’exister ? C’est en tout cas une façon de laisser quelque chose derrière soi et de faire réfléchir les gens pour ne pas oublier. 

Mes parents n’ont pas su que mon premier livre était sorti, ou peut-être que si… on garde tous une lueur d’espoir de ce qu’il y a après la vie, mais c’est ici un autre débat.

Biographie

Wladek ou la trépidante jeunesse d'un Polonais

« Je me demande si je suis doué pour écrire un livre, mais je voudrais que mes enfants connaissent un peu ma vie. Elle paraîtra peut-être quelquefois enjolivée  mais je suis un grand sentimental et j’aime que tout soit vu sous une vision optimiste, même si la période qui m’a le plus marqué est celle de la Seconde Guerre mondiale. Tant d’années après, je suis déjà devenu un vieil homme. J’écris mes mémoires depuis des mois et je sais que jamais je ne serai publié. Je ne suis pas déçu. J’ai vécu avec intensité. »

L’avenir en a décidé autrement.

Sa fille redécouvre les écrits de son père sur 8 cahiers d’écolier. Elle les retranscrit pour lui rendre hommage, et faire perdurer les valeurs qu’elle a reçues, aussi pour laisser une trace à tous les descendants d’immigrés polonais, et aux autres, quelle que soit leur nationalité, pour leur montrer que les difficultés peuvent se transformer en espoir.

Wladek 1

Romans jeunesse

L'école des Treize Aurs

Dans un petit village, un petit groupe d’enfants espiègles, surnommé la Bande des Sixxx, cherche à éclaircir le mystère de l’école des Treize Aurs. Qui, de Madame Cerise, Monsieur Thée, Madame Habèce ou encore Madame Bouton , va pouvoir les mettre sur la piste ?

Editions Nord Avril

La petite princesse polonaise             

Alicia est une petite fille curieuse : elle pose beaucoup de questions à sa famille car elle veut tout savoir sur ses origines polonaises. Jusqu’où iront ses découvertes ?

Livre bilingue français/polonais   

Illustrations : Joanna Swiatek

Editions Nord Avril