2021

CNE de Sequedin

Fin août 2021, je prends la route vers Sequedin. Je vais dans cette commune proche de Lille pour rencontrer des détenus d’un quartier particulier du centre de détention : le CNE (Centre national d’évaluation). Les détenus qui y séjournent pendant 6 semaines et arrivent de toute la France. Le CNE a deux missions ; celle d’orientation et d’élaboration des projets d’exécution de peines et une mission d’évaluation pluridisciplinaire de la dangerosité de la personne.

Ce n’est ni la première fois que je participe à une telle rencontre dans un centre pénitentiaire de la région ni même que je me rende à cet endroit précis. La grande différence cette fois-ci, c’est que je suis seule. Et cela change beaucoup de choses pour moi.
Tout d’abord pour le trajet, je ne peux compter que sur le GPS de ma voiture pour me diriger, appareil indispensable connaissant les faiblesses de mon sens de l’orientation. La deuxième particularité à intervenir seule, c’est l’appréhension de pouvoir intéresser l’assemblée avec mes seuls ouvrages pendant les deux heures imparties. Je décide de présenter mes quatre livres contrairement aux autres fois où je ne présentais que le dernier sorti.

Arrivée à la maison d’arrêt, je m’annonce, on vérifie mon identité, on me demande ce que je viens faire.
- J’interviens pour une rencontre littéraire.
Petit sourire de l’agent à l’accueil.

- Vous pensez que vous allez avoir du monde ?
On me remet un badge « intervenant », ainsi que la clé d’un casier où je peux laisser tous mes effets personnels. Je passe les portiques de sécurité, tout va bien. On m’indique le chemin pour rejoindre le CNE. Les grilles sont ouvertes à distance et se referment derrière moi. Arrivée dans une salle, qui dessert plusieurs grilles (vers les parloirs, vers le CNE, vers la restauration) j’explique une nouvelle fois la raison de ma présence ce qui déclenche un grand sourire du surveillant pénitentiaire qui dit à son collègue :
« La dame vient parler littérature ». Puis s’adressant à moi, « on va venir vous chercher ».
En effet environ 10 longues minutes après, deux surveillants m’escortent jusqu’au centre national d’évaluation après avoir encore passé des grilles entre lesquelles nous devons attendre leur ouverture. Au CNE, il faut monter à l’étage par un escalier protégé par des portes sécurisées. Je me dirige vers le bureau du surveillant du premier étage qui vérifie mon nom et m’annonce 11 inscrits pour cette rencontre. Lorsque je découvre la taille de la salle d’activités, je constate qu’elle est vraiment petite pour y passer deux heures à 12 personnes surtout dans les conditions sanitaires de COVID. Nous convenons que 6 personnes pourront assister à cette rencontre. Je réalise que je n’ai pas d’alarme contrairement à mes précédentes prestations. Le surveillant pense que c’est un oubli de ses collègues de l’entrée. Je n’insiste pas, en repensant à la demi-heure qu’il m’a fallu pour arriver dans les locaux.

Une fois installée avec les 6 inscrits autour de la table, la rencontre commence. Nous sommes tous masqués.
J’explique qui je suis et comment j’ai commencé à écrire. Je présente mes livres dans l’ordre chronologique en abordant le thème de chacun des ouvrages. Très vite, les questions fusent et ce n’est plus un monologue mais des échanges. Le premier thème abordé est celui de la guerre vécue par les ivoiriens en 2011 et son traitement par les médias occidentaux. Certains des détenus nomment les protagonistes avant même que je lise un extrait du livre. Pour le second sujet qui traite de la différence de culture du pays dans lequel les personnages vont vivre plusieurs mois, nous sommes tous arrivés à la conclusion que l’être humain est le même partout. On trouve des gens accueillants, gentils, racistes, malhonnêtes dans tous les pays du monde. Difficile de donner un avis sur une personne en voyant sa couleur de peau. On parle aussi des migrants et de leurs motivations à quitter leur pays pauvre pour un eldorado qui n’existe pas au péril de leur vie. Pour le troisième sujet, il s’agit de l’anorexie mentale, je dois plus parler des anecdotes de l’histoire avant que les hommes réagissent, puis l’un d’eux me dit qu’il n’y a pas que des filles qui tombent dans cette maladie alors que sur la couverture c’est une fille qui est représentée. L’un des détenus va même jusqu’à faire une critique intéressante de la couverture du livre et proposer un projet très pertinent

de ce qu’il aurait fait. Il est dessinateur de BD. Avec le quatrième livre, et le récit de ma famille qui part à la rencontre des réfugiés « oubliés », les langues se délient. On me définit comme « autrice engagée » quand je raconte que j’ai dormi dans un camp de réfugiés ivoiriens au Ghana. J’explique que ce voyage au Ghana, m’a permis de voir la différence entre une ancienne colonie anglaise et une ancienne colonie française. Le franc CFA (la monnaie utilisée dans les pays d’Afrique francophone) est évoqué par l’un d’entre eux, rappelant qu’il est fabriqué en France. Finalement tout le monde veut connaître mon prochain projet. Je l’explique en disant que le sujet est plus anodin, plus léger alors le dessinateur de BD se propose d’envoyer à mon éditeur plusieurs projets de couverture pour ce futur roman. Je souris en expliquant que je n’en suis pas encore à la couverture. Un autre interlocuteur trouve quand même que ce nouveau sujet est encore engagé. L’illustrateur s’interroge sur ma façon de protéger mes textes. La rémunération des auteurs est aussi évoquée. Je regarde ma montre et je réalise que les deux heures sont passées très vite. Il faut conclure. On parle des bien faits de l’écriture et j’interroge mes interlocuteurs sur leurs éventuels écrits, l’un deux m’explique qu’il ne veut pas de télévision dans sa cellule. Il préfère lire et écrire mais écrire pour qui pour quoi si personne ne le lit ? Il explique qu’il a fait des études pendant ses années d’incarcération et qu’il a maintenant un master. Un autre lui répond qu’il n’a rien fait à part regarder la télé, manger et dormir, il aspire à sortir. C’est l’heure de la promenade et chacun me remercie pour cette intervention. Je laisse mon dernier livre sur la table mais tous ne pourront pas l’emprunter, ils entament la dernière semaine dans le CNE.

J’en ai presque oublié où se localisait la salle d’activité. Nous sommes dans un centre pénitentiaire ! Je quitte le CNE seule, et me retrouve dans une cour que je quitte après avoir passé la grille. Et puis, je continue, je vois une autre grille en face, je sonne, on m’ouvre et la grille se referme derrière moi, je continue avec une troisième grille, une quatrième, une cinquième...

Arrivée devant un bâtiment que je ne reconnais pas, je lis « quartier des hommes 1 ». Je suis perdue. Un homme sort du bâtiment et s’adresse à moi :
— Vous cherchez quelque chose ?
— Oui, la sortie.

— Vous n’y êtes pas, je vous raccompagne.
Nous repassons un bon nombre de grilles pour enfin retrouver la salle qui conduit aux parloirs et à la sortie.
Je me retrouve sur le parking mais avant de monter dans la voiture, je respire une bouffée d’air de Liberté !

Sylvie Bocquet

Pour apprendre et pour comprendre

Visite en prison de Sequedin le 11 octobre 2021. 

 

Je connais les lieux pour les avoir fréquentés plusieurs fois. Les détenus y sont en transit, disons…en attente d’une décision les concernant. Liberté conditionnelle ou pas ! Ce sont des « cas lourds », c’est-à-dire des gens qui ont tué, ou violé, ou braqué, ou participé à un attentat. Leur peine va au-delà de dix ans d’enfermement. Leur dangerosité est mesurée par une équipe au terme d’un séjour n’excédant pas six semaines à Sequedin. 

Aujourd’hui je suis seul. Pardon ! Pas tout à fait. Une journaliste de La Voix du Nord m’accompagne. Elle prépare un article pour son journal. Elle se positionne derrière moi, en retrait, prend des notes et fait des photos. Mais attention ! La loi interdit évidemment les photos de face. La dame se contentera des mains, des nuques, des dos, même en ce qui me concerne. Pas de noms dans son écrit. Que des prénoms ! 

J’ai devant moi quatre interlocuteurs. Lisent-ils ? L’un d’entre eux me dit qu’il dévore des romans policiers. Un autre s’essaie à l’écriture. Je l’encourage. Le troisième se contente de magazines. Et le dernier d’un peu de tout. 

Et moi, et moi, et moi ! J’écris des romans policiers. Mais pouvais-je raisonnablement me présenter devant eux avec mon dernier bébé, imago prélati, et leur parler de crimes, d’enquête policière, et des horreurs qui font l’ordinaire de ce genre d’ouvrage ? Que non bien sûr ! J’optais donc pour une ancienne production : le grand pied de Berthe. Epopée médiévale, donc historique et en même temps complètement loufoque. Deux heures à occuper en leur parlant du passé, de la vie au moyen-âge, en essayant de les intéresser. L’hygiène, le boire et le manger, l’habillement, les voyages et pèlerinages, la chirurgie, les pendaisons, la justice, les marchés, etc. Ai-je réussi à les captiver ? Je n’en suis pas sûr. Pas sûr du tout ! Personne ne s’est endormi. Des questions furent posées. Le travail de l’écrivain, sa solitude, la recherche d’un éditeur… la documentation. Deux heures qui ont asséché ma bouche, chagriné ma gorge. Et le sentiment, non pas d’avoir perdu mon temps, mais de n’avoir pas réussi à les captiver, malgré leur écoute, malgré leurs questions, malgré la sympathie qui se dégage de leurs propos. 

Dehors la journaliste me pose quelques questions dont les réponses viendront alimenter son article, dont celle-ci : « pourquoi intervenez-vous dans les prisons ? » et la réponse jaillit de mon cortex : « pour apprendre et pour comprendre » .

José Herbert

Des détenus cultivés et curieux

Au Centre pénitentiaire de Sequedin, le lundi 29 novembre.

Par Janine Delbecque

J’ai remplacé Monsieur Delbart qui s’est désisté pour une raison inconnue de moi.

Bref, est-ce dû au désistement ? Toujours est-il qu’aux dires du personnel encadrant, ils ont été prévenus tardivement de l’intervention, ce qui explique le faible nombre de participants : 2. Je vais être concise concernant les détenus : cultivés, curieux, s’exprimant avec un niveau de langage soutenu, surtout l’un des deux.

Mon livre, Mutterland, évoque non seulement les liens affectifs entre mères génétique et adoptive et leur fille (ma mère), mais aussi les deux pays impliqués : l’Allemagne et la France. La conversation et les débats ont glissé insensiblement sur le pays d’origine de l’un : le Mali, les liens familiaux pour les deux. Comme d’habitude, ce fut riche et intense, émouvant et enrichissant.

Même si le COVID m’a éloignée de ces interventions, mon opinion est toujours la même : nous, les auteurs, avons un beau rôle à jouer dans la vie carcérale.

 

Intervention de Marie-France Delporte et Hervé Leroy

Intervention du 28 juin 2021 à la Maison d’arrêt de Sequedin 

Présentation des ouvrages : 

- La Face cachée d’un univers, par Marie-France DELPORTE 

- Ces Gens du Nord qui ont fait l’Histoire, par Hervé LEROY 

 

C’est dans l’intimité de la petite bibliothèque du premier étage que nous prenons place. Installés en bout de table, nous décidons finalement de nous avancer de deux rangs avec Hervé. En effet, seuls trois détenus participent au temps d’échange programmé et la distance de plusieurs mètres qui nous sépare initialement est presque comique. 

La culture et l’écologie ont franchi l’enceinte de l’établissement. De superbes insectes en matériaux naturels ont pris place dans la petite salle. Un musée du Département propose un atelier aux détenus où pommes de pin, feuillages, et autres plumes imitent les ailes de papillons ou forment le corps d’insectes étranges. Ces petites sculptures très réussies donnent le ton : « Ici, on mène des activités de qualité. » 

Avec Hervé, nous expliquons, en introduction, la démarche qui nous a conduits à rédiger nos ouvrages. Nous détaillons le contenu de nos livres, et la réflexion menée autour des thématiques à aborder. Tour à tour, les thèmes historiques, régionaux et scientifiques alimentent la discussion. Notre public, cultivé, participe. Il connait beaucoup des personnages et objets décrits par Hervé et s’intéresse à la thématique de l’astronomie qui soulève, ici comme ailleurs, des questions existentielles. 

L’histoire de la conception de la 2CV évoquée par Hervé, en lien avec son livre, fait écho au parcours professionnel d’un participant qui est mécanicien et qui se passionne pour ce modèle à quatre roues, construit pour ne pas pouvoir être retourné. Le constructeur offrait un véhicule à qui lui prouverait le contraire, mais notre homme nous confirme que la « Titine » a résisté à toutes les tentatives de lui mettre les roues en l’air ! 

L’un des participants dit à Hervé que ses histoires feraient un bon film, ou un bon livre, en réalisant qu’en l’occurrence, le livre existe déjà… Nous rions tous ! 

Le moment s’avère très convivial, et riche en contenu. A l’unanimité, sur ce genre d’intervention, nous n’avions pas vécu jusqu’alors un tel temps d’échange, avec une telle richesse. 

Les participants fréquentent la bibliothèque, l’un repart avec mon livre. C’est une belle satisfaction : donner l’envie ! 

 

Marie-France DELPORTE